Créer un tableau de bord RH permet de suivre au mieux les performances d’une équipe. Il a pour but de vous aider à évaluer la situation, à un moment M comme pour la suite, mais aussi de fixer des objectifs à atteindre.


À quoi ressemble un tableau de bord RH ?

Par définition, un tableau regroupe un ensemble d’indicateurs qui permettent de vérifier la bonne marche de l’entreprise, comme de la piloter.

Dans le domaine des ressources humaines, les indicateurs du tableau de bord sont bien particuliers, tout en étant très variés. Ils peuvent ainsi concerner le pilotage des effectifs, pour déterminer les besoins en recrutement, ou des détails toujours plus pointus sur la masse salariale.

S’il se présente de premiers abords sous la forme d’un tableau, ce sont les graphiques déduits qui permettent d’exposer le plus rapidement les données gérées, comme d’en tirer les décisions à prendre. La data visualisation est très importante pour la lecture de chiffres.

Quels sont les indicateurs d’un tableau de bord RH ?

En fonction des besoins de l’entreprise, voici une liste d’indicateurs à suivre et à analyser :

  • le suivi des effectifs : entrées, sorties, pourcentage des CDD et intérim
  • l’ancienneté des salariés et le taux de turn-over, les motifs de départ (licenciement, retraite, démission…)
  • le niveau d’absentéisme
  • la part des heures supplémentaires
  • la masse salariale avec le salaire moyen
  • le nombre d’accidents du travail
  • le taux de formation
  • l’état de la mobilité interne
  • le temps passé pour chaque recrutement

Cette liste n’est pas exhaustive et chaque tableau doit répondre à la réalité de l’entreprise : inutile de dénombrer le nombre de jours de grève dans une entreprise où il n’y en a jamais !

Pourquoi est-il important de le mettre en place ?

Un tableau de bord RH permet d’anticiper les besoins en recrutement, comme de répondre de manière concrète à un chef de service qui se plaint des absences dans son équipe. Il sert aussi à donner les grandes lignes du climat social dans l’entreprise : si les chiffres démontrent que les démissions sont fréquentes et le turn-over important, il devient plus évident d’indiquer qu’il est temps d’entreprendre des actions correctives. Surtout face au temps et au budget que nécessite un recrutement, ainsi qu’une formation, d’autres données qui sont incluses dans le tableau de bord.

Le but d’un tableau de bord n’est pas juste de cumuler des données, mais d’en tirer des indications face aux mesures à prendre.

Par ailleurs, la création d’un tableau de bord RH avec des outils comme Qlik Sense permet aux grandes entreprise de répondre plus facilement à leurs obligations en matière de Bilan Social. Pour les entreprises de 50 salariés et plus, c’est également un outil très précieux pour établir le BDES.

Contraints de fournir un bilan exhaustif au CSE sur les différents aspects des ressources humaines (rémunération, nombre de salariés, taux de rotation, embauche, formations, conditions de santé et de travail, sanctions…), l’utilisation de dashboards permet aux RH de gagner un temps précieux et d’assurer la fiabilité des données fournies.


Comment construire son tableau de bord RH ?

La première étape pour établir un tableau de bord RH est bien sûr d’estimer la pertinence des données à récolter. De trop nombreux indicateurs nuiraient à la lisibilité de l’ensemble. Il faut alors établir des objectifs, comme une augmentation progressive du taux de formation, ou une diminution du turn-over.

Pour que ce tableau de bord soit utile, il doit être vivant. Il faut donc dès le départ établir une périodicité de mise à jour, qui sera variable en fonction de la taille de l’entreprise. Décider dès le départ qui sera responsable du suivi du tableau est essentiel à son bon fonctionnement.

Grâce aux outils BI et la visualisation des données, il est possible de piloter les ressources humaines à une échelle très large (nationale et même internationale) et ainsi anticiper les risques ou les opportunités liées aux RH.